Auteur : mimi yuy

Disclamer : L’histoire, les personnages et l’intrigue m’appartiennent, merci donc de ne pas les utiliser sans mon autorisation.

Genre : Romance ?

 

Finalement un chapitre ultra court, que je fusionnerais avec le précédent dans une prochaine update. Pour compenser, le suivant est juste derrière ;))

 

 

RUN AWAY

 

 

 

Chapitre 3b : Jour J + 1 p.m.

 

Cette seconde journée passa de nouveau dans une certaine somnolence nébuleuse pour Mel.

 

Après avoir visité le chalet, il avait fait un tour complet du propriétaire.

Les lieux étaient magnifiques. Situé en flan de montagne, la maison faisait face à un vaste lac. Si la couleur de l’eau ne donnait guère envie de s’y baigner, la vue n’en était pas moins sublime. Très loin d’eux, de l’autre coté du plan d’eau, se trouvait un paysage vallonné de monts et collines. Le tout recouvert d’une herbe grasse et de quelques pans de forêt, la présence matinale de brouillard rendait ce lieu digne des brochures de magasine touristique.

 

A cette réflexion, Mel se demandait bien pourquoi il se souvenait des brochures de tourisme et pas de son prénom.

 

Après le déjeuné, il effectua une seconde excursion un peu plus lointaine aux cotés de Jessica, transformée pour l’occasion en guide nature, avant de rentrer en début d’après midi.

Alors attiré par la balancelle placée devant l’entrée surélevée du chalet, il s’y installa pour profiter quelques instants de son balancement reposant.

Il n’avait pas l’intention de s’endormir. Juste se reposer quelques minutes avant de proposer son aide pour faire la cuisine ou un peu de ménage. Il ne devait surtout pas rester chez ce médecin sans rien faire ou donner en échange.

 

Quand David sortit de son bureau une heures plus tard, il aperçu tout aussitôt Mel endormit sur la balancelle.

Le voir ainsi le laissait rêveur. Ce garçon était beau ainsi perdu dans son sommeil. Un peu trop d’ailleurs, pour que cela ne finisse pas par lui poser problème.

 

Il allait effleurer ses mèches châtaigne virevoltant au vent doux de la fin de journée quand il aperçut les yeux du dormeur bouger violement derrière les paupières closes. Cela dura un instant, suivi d’un mouvement de tête voué à échapper à une menace fantôme. Alors soudain, les yeux s’ouvrirent.

 

- Ca va ?

 

Désorienté par son réveil brutal, Mel se releva avec empressement pour s’éloigner de la voix

 

- Chutt…Ce n’était qu’un mauvais rêve.

 

Reconnaissant David, il cessa tout signe de fuite, se laissant retomber sur la balancelle.

 

- Désolé.

- Arrête de t’excuser.

- Dés…

 

Face au regard du médecin, Mel ne termina pas son mot. Encore un peu et il recommençait. La scène aurait été drôle si seulement il n’était pas là pour quelques raisons bien moins amusantes

 

- J’ai honte.

- De quoi ?

- Je ne te connais pas et pourtant je m’impose chez toi pendant tes vacances. Et pour te remercier de ta gentillesse, je me contente de végéter dans un coin en attendant que ça se passe.

- Tu n’as rien imposé. Je te rappelle que c’est nous qui t’avons invité. Ensuite, il est normal que ton corps récupère maintenant qu’il se sent en sécurité. Pour le reste, rien ne nous empêche de faire connaissance.

 

D’un regard appuyé, David lui fit comprendre qu’il désirait le voir se décaler sur une extrémité de la balancelle. Alors il s’assit à ses cotés, bien décidé à débuter une conversation. Restait à trouver un sujet qui ne nécessitait pas de souvenir particulier.

 

Finalement après quelques minutes de silence paisible, David sentit un poids contre son épaule.

Mel s’était de nouveau endormit, glissant irrémédiablement contre lui.

Et encore une fois, il se sentit faiblir à cette vision.

Il n’était qu’un cœur d’artichaut.

Il suffisait qu’un mec passe devant lui et montre un seul signe de faiblesse pour qu’il se trouve séduit.

Contre l’avis de tous, à mille lieux d’une volonté de suivre le chemin familial, c’était peut-être la raison qui l’avait poussé dans la médecine. L’attrait des âmes en détresse.

Mais cette manière de réagir aussi vite et aussi fort avec n’importe qui ne lui avait valu que des ennuis.

Entre les pique-assiette qui profitaient de sa gentillesse naïve pour se refaire une santé financière et les abrutis qui sous prétexte qu’il travaillait trop n’avaient pas hésité une seule minute à le tromper sans vergogne dans son propre lit…

 

En définitif depuis qu’il était en Ecosse, il était déjà difficile de croiser d’hypothétiques petits amis mais que ces derniers soient aimants et corrects semblait totalement impossible.

Il avait donc définitivement fait une croix sur sa vie sentimentale un an plus tôt en changeant d’appartement.

Un moyen de fuir une bonne fois pour toutes les visites inopinées de ses trois ex- en manque de cash.

Il ne se félicitait que trop de ne les avoir jamais amenés dans ce lieu de paix qu’il gardait jalousement pour lui. La seule exception restait son oncle et la petite famille de celui-ci à qui il laissait la propriété un ou deux mois par an. Enfin jusqu’à maintenant…

 

Soupirant, David espéra que son inconnu au corps digne de l’un de ces footballeurs/ top modèle à la mode, retrouverait au plus vite la mémoire pour rentrer chez lui. Ou tout du moins qu’il ne remarquerait aucune de ses faiblesses. Car au rythme où s’était parti, observant les lèvres rosées de Mel, il savait qu’il ne lui faudrait plus grand chose pour céder à la tentation.

 

Fallait vraiment avoir une case en moins pour s’amouracher en quarante huit heures d’un parfait inconnu peut-être aliéné mental, en fuite, blessé et hypothétiquement dangereux pour cause de futur manque de drogue.

 

*-*-*

 

Face à l’heure avancée et le soleil couchant, David fit signe à Jessy de rentrer. Alors sans geste brusque, il se décala légèrement pour se détacher du corps endormi. Et pour la seconde fois, il le prit dans ses bras, direction la chambre à coucher.

 

Aux mouvements brusques qu’il eut pour éviter de lâcher sa prise ? David cru que Mel allait finalement se réveiller. Mais il n’en fut rien. Loin d’être aussi asthénique que la première fois quand il l’avait sortit de la voiture, le jeune homme se calfeutra simplement contre son torse. A croire qu’il s’y sentait bien.

 

Rageant de frustration face à ce beau garçon pressé contre lui après une année d’abstinence, David se pressa de rejoindre la chambre.

Le couchant avec attention sous les draps du lit, il put entendre quelques murmures de contentement.

Amusé et touché plus que de raison, l’une de ses mains lui caressa les cheveux avec tendresse.

Et puis plus rien.

Il s’arracha à la contemplation de ce corps inconscient.

Il était grand temps qu’il retrouve ses esprits.

On ne s’amourachait pas aussi vite d’un étranger.

D’autant qu’il ne l’avait pas rencontré dans une boite de nuit un soir d’ivresse en quête de partenaire sexuel.

Alors au pieds les hormones !

 

Mel était un homme en fuite, certainement hétéro de surcroît.

Et de par cette unique raison, ignorant la nature même de ses poursuivants, sa présence dans cette maison n’était pas raisonnable. D’autant plus avec Jessy dont on lui avait donné le garde en toute confiance.

Il le savait.

Il devait être plus prudent.

Mais face à ce visage imprégné d’un mélange de peur et d’abandon, il n’y arrivait pas.

Mel pouvait être n’importe qui. De la personne la plus innocente à la plus dangereuse.

Pourtant, il ne croyait pas à cette seconde possibilité

Walters était un institut psychiatrique privé au même titre que la clinique pour laquelle il travaillait. Or l’Etat n’avait pas l’argent suffisant pour y placer même temporairement qui que ce soit dans de tels lieux.

Mais malgré cette certitude, il ne savait rien de ce garçon. Il s’était juste fié à son instinct. Et pour ce que cet instinct valait habituellement, ce n’était peut-être pas sa meilleure idée.

 

De retour dans la cuisine, David aperçut Jessica devant la télé.

Satisfait, il décida de préparer le dîner.

Avec de la chance, cette tache et une bonne nuit de sommeil lui changeraient définitivement les idées.

 

Autant croire aux ovnis à ce stade…

 

A suivre

 

Non, ce ne sont pas les ovnis qui ont enlevé Mel. Ce n’était qu’une private joke avec moi-même ^_^’’ (Disons que j’ai commencé à penser et écrire cette fic en faisant mon repassage devant un épisode de X-file… Comme quoi ces deux taches mènent à tous ^_^’’)

 

mimi yuy